Complet

Suite à la Loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, l’Europe avait demandé la création d’un outil qui permettrait aux personnes en situation de handicap mental d’avoir accès à l’information.

 

L’association «Inclusion Europe» a ainsi créé le Facile à lire et à comprendre (FALC) en 2009. Le FALC est une démarche conçue et développée par des personnes handicapées intellectuelles.

 

La méthode du FALC promeut des règles de bon sens pour faciliter la compréhension des informations : utiliser des mots simples, éviter le jargon, cibler sa communication en fonction du public. Alliant efficacité et innovation sociale, le Facile à lire et à comprendre est utile à toute personne ayant des difficultés de compréhension.

 

En effet pour rendre la personne actrice de ses décisions et ses actes citoyens, elle doit avoir accès à un certain nombre d’informations.

 

Depuis quelques années, des ateliers FALC florissent dans les ESAT d’associations affiliées à l’Unapei. Il en existe déjà une douzaine.

 

L’Adapei 45 a fait le choix d’ouvrir également son atelier FALC depuis décembre 2019, qui est rattaché à l’ESAT Les Râteliers à Amilly.

Télécharger la plaquette

                                                                           

Interview de Mélanie, animatrice sociale en FALC

Je travaille à mi-temps depuis décembre et à temps plein depuis janvier sur le poste d’animatrice sociale FALC.

 

Je suis « détachée » du SAVIE-FA pour un an, service sur lequel j’occupais le poste de moniteur éducateur depuis 8 ans.Les deux volets du poste que l’Adapei 45 proposait m’intéressaient.

 

Le FALC en lui-même parce que je suis formée à cette méthode depuis 5 ans, que je pratique au quotidien et à laquelle je crois profondément. Je me suis aperçue en le pratiquant que l’information était beaucoup plus claire pour les personnes que l’on accompagne et qu’elles pouvaient être autonomes sur leur prise de décision grâce à cette forme d’écriture.

 

Le volet sensibilisation m’intéressait également beaucoup. Au SAVIE-FA, on va beaucoup à la rencontre de l’extérieur sur notre service pour sortir des murs et de permettre aux personnes que l’on accompagne de pouvoir s’exprimer sur leur parcours. Les sensibilisations que je pratique depuis plusieurs années se font toujours avec les personnes accompagnées, elles sont les plus expertes pour parler d’elles.

 

Etant sur le SAVIE-FA depuis plusieurs années j’avais aussi envie d’évoluer dans mes missions et le fait de pouvoir travailler avec différents établissements ça me permet de découvrir d’autres fonctionnements et continuer à apprendre.

 

Pour les personnes accompagnées la pratique de transcription est très valorisante. Elles ont le sentiment d’aider les autres en rendant accessibles des documents utiles pour tous. Sans eux, on ne peut pas pratiquer le FALC. Ça les positionne autrement dans la relation encadrant/encadré.

 

J’aime penser que je ne suis qu’une béquille pour eux, mais que c’est eux qui montrent le chemin à suivre, nous sommes là pour les soutenir dans la direction qu’ils décident de prendre.

 

La pratique du FALC est utile à toute personne ayant des difficultés de compréhension, et pas uniquement pour les personnes en situation de handicap mental. C’est un outil utile pour notre société. Si on arrive à répandre le FALC dans les lieux publics ça rendrait les personnes plus autonomes dans leur vie quotidienne, dans leurs démarches administratives, dans l’accès aux loisirs, etc... Une partie de mon travail sera donc de sensibiliser les lieux publics à l’utilisation du FALC.

 

Le fonctionnement de l’atelier se met en place depuis décembre. Nous avons déjà reçu des demandes de l’extérieur pour la transcription de leurs documents. L’idée est de faire participer toutes les personnes accueillies (et leurs accompagnateurs) de notre association formées au FALC (une soixantaine). Concrètement, il y aura des ateliers fixes à la semaine avec les travailleurs ESAT et des ateliers complémentaires avec des volontaires formés au FALC provenant d’IME, de foyers de vie, de foyer d’hébergement, de services (SAVS, SESSAD, SAVIE-FA), etc...

 

L’idéal serait que l’atelier FALC soit pérennisé au bout d’un an ce qui témoignerait de l’importance de cet outils.

Article du Média Social

Pour contacter Mélanie : 02 38 65 48 26 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.